Frontières Homme / Animal | Visions du monde | Forum

Bienvenue sur le forum du Club de Réflexion !

Avatar

Please consider registering
guest

sp_LogInOut Log In sp_Registration Register

Register | Lost password?
Advanced Search

— Forum Scope —




— Match —





— Forum Options —





Minimum search word length is 3 characters - maximum search word length is 84 characters

sp_Feed Topic RSS sp_TopicIcon
Frontières Homme / Animal
17 février 2016
22:22
Avatar
Cecilia
Membre
Membres
Forum Posts: 23
Member Since:
13 septembre 2011
sp_UserOfflineSmall Offline

Coucou à tous !

Je profite que le forum remarche pour glisser un ptit post un peu brouillon sur une idée qui m'a marquée :) 

Au détour de mon cours d’anthropologie a été évoquée une idée très forte, je trouve sur la manière dont l’homme se positionne au sein de la grande famille des êtres vivants, des choses qui vivent et sur les conséquences de cette position qu’il se donne.

J’ai toujours été assez perplexe vis-à-vis de cette frontière que les sciences humaines tendent si facilement à placer entre l’Homme et l’Animal.

Claude Lévi-Strauss amène là une perspective des plus intéressantes : ainsi, il refuse toute tentative de frontière entre les êtres vivants. Pour lui, dès qu’on accepte de tracer une frontière, quelle qu’elle soit, on s’accorde également la liberté de déplacer à volonté cette frontière. Ainsi, la frontière Homme/Animal peut se déplacer et exclure des Hommes une partie des humains en raison de leur « race », religion, etc. Lévi-Strauss avance que le seul moyen d’échapper à ces dérives est de refuser ces frontières et de considérer que l’Homme, comme l’Animal, est un être vivant et souffrant avant d’être un être pensant et rationnel. Dans le même temps, il propose d’étendre la notion de semblable, et donc d’être souffrant, à tout ce qui vit et possède donc un titre au respect.

J’aurais aimé savoir ce que vous en pensiez, ce que ça vous évoquait… si ça vous évoque quelque chose ^^

Bisous à tous et bonne soirée !

PS: je précise que l'explication est tiré de mon cours d'anthropologie, histoire de ne pas plagier la professeur d'anthropo' :) 

17 février 2016
22:38
Avatar
Noé
Ribeauvillé
Moderator
Membres

Modérateurs
Forum Posts: 230
Member Since:
25 août 2011
sp_UserOfflineSmall Offline

Le singe peintre - Jean-Siméon Chardin

A méditer

1310945-Jean_Siméon_Chardin_le_Singe_peintre.jpgImage Enlarger

Ni dieu, ni maitre
21 février 2016
20:03
Avatar
Cecilia
Membre
Membres
Forum Posts: 23
Member Since:
13 septembre 2011
sp_UserOfflineSmall Offline

Re-coucou ! 

J'ai trouvé d'où venait cette idée de Lévi-Strauss:  «Race et culture», conférence de Lévi-Strauss à L'UNESCO le 22 mars 1971.

J'vous recopie l'extrait concerné si ça intéresse quelqu'un :) 

.... le respect que nous souhaitons obtenir de l'homme envers ses pareils n'est qu'un cas particulier du respect qu'il devrait ressentir pour toutes les formes de vie. En isolant l'homme du reste de la création, en définissant trop étroitement les limites qui l'en séparent, l'humanisme occidental hérité de l'Antiquité et de la Renaissance, l'a privé d'un glacis protecteur et, l'expérience du dernier et présent siècle le prouve, l'a exposé sans défenses suffisantes à des assauts fomentés dans la place forte elle-même. Il a permis que soient rejetées, hors des frontières arbitrairement tracée, des fractions chaque fois plus prochaines d'une humanité à laquelle on pouvait d'autant plus facilement refuser la même dignité qu'au reste, qu'on avait oublié que, si l'homme était respectable, c'est d'abord comme être vivant plutôt que comme seigneur et maître de la création: première reconnaissance qui l'eut contraint à faire preuve de respect envers tous les êtres vivants 

1 mars 2016
18:54
Avatar
Vincent
Illhaeusern
Admin
Forum Posts: 167
Member Since:
19 août 2011
sp_UserOfflineSmall Offline

Ce que ça m'évoque en tant que biologiste, c'est le concept très glissant d'espèce, qui a beaucoup évolué au fil des siècles et qui toujours aujourd'hui est sujet à débat et à d'innombrables exceptions. Un exemple frappant que j'aime bien : le chat domestique et son "ancêtre" non domestiqué le chat sauvage sont toujours considérés comme une seule et même espèce, à l'inverse du chien et de son "ancêtre" non domestiqué le loup ; pourtant, au sein même des chiens, la reproduction entre un saint-bernard et un chihuahua est mécaniquement impossible, et va donc à l'encontre de la définition officielle d'espèce.

Là où Claude Lévi-Strauss frappe juste, et Ô combien !, c'est que lorsque l'homme appose une frontière, en effet, elle bouge à son bon vouloir... Ce soucis dans la communauté scientifique de clairement définir le concept d'espèce peut faciliter la légitimation de certaines idéologies douteuses, comme l'Histoire peut en témoigner. Toute cette cosmogonie -car réellement, c'en est une- me ramène en fait à cet article sur le dépassement de l'individu que j'avais écrit à Strasbourg quand j'avais découvert la théorie Gaïa. Il faudra peut-être que je le révise d'ailleurs, mais ça reste central dans la manière dont j'appréhende les propos de Lévi-Strauss que tu cites Cécilia. L'homme est une entité, pas en soi-même, mais en tant qu'unité d'une entité plus grande, d'un tout qui coexiste plus qu'il ne se fait la guerre. J'aime à croire que cette description s'applique aussi au genre humain.

Je crois qu'au fond la frontière homme/animal est un narcissisme acceptable, du moment que le concept de frontière n'inclue pas nécessairement un concept de hiérarchie (l'un supérieur ou inférieur à l'autre). Ce qui est peut-être le problème principal, et il va dans les deux sens : les organisations comme la SPA sont vitales pour rappeler que la vie d'un animal compte aussi ; mais les extrémistes qui pensent que la vie d'un animal compte plus que celle d'un homme ne font que retourner le problème comme les doigts d'un gant.

2 juillet 2016
13:53
Avatar
Alexandre
Kaysersberg
Moderator
Membres

Modérateurs
Forum Posts: 166
Member Since:
29 août 2011
sp_UserOfflineSmall Offline

Une petite réflexion à ajouter à ce fil avec un éclairage un peu différent.

L'autre jours on assistait à une conférence sur l'âgisme et la position dominante de l'Adulte sur l'Enfant dans la société. Pas commun comme sujet, mais pourtant très intéressant. En tout cas l'intervenant faisait remarquer que l'enfant, même le mineur est loin d'accéder aux droits de l'Homme. A un moment, il faisait un peu de provoc' en disant que parfois l'enfant pouvait avoir presque le statut d'animal de compagnie.

Ça a soulevé l'idée que l'Enfant avait un rôle intermédiaire entre l'Homme - adulte - et l'Animal ; aucun doute que le nourrisson est un animal, mais avant de devenir Homme, il doit obéissance à l'adulte et soumission à l'éducation afin d'apprendre ses codes et gagner ses droits. De ce point de vue, l'Enfant est finalement une digue qui retient l'animalité de l'Homme, un exemple de frontière Homme/Animal ?

Forum Timezone: Europe/Paris

Most Users Ever Online: 13

Currently Online:
1 Guest(s)

Currently Browsing this Page:
1 Guest(s)

Top Posters:

Chostako: 48

David: 31

Cecilia: 23

Captain-Spartakus: 22

Marie: 6

Clement G.: 3

Member Stats:

Guest Posters: 0

Members: 60

Moderators: 2

Admins: 1

Forum Stats:

Groups: 3

Forums: 10

Topics: 66

Posts: 650

Newest Members:

johnnyneist, billy_b888, ShanDek, gbalychik, herushki

Moderators: Noé: 230, Alexandre: 166

Administrators: Vincent: 167

Les commentaires sont fermés.